Marie Montpetit | Intervenante psychosociale

Blog

AH ! Quand TOUT va mal, il n’arrive JAMAIS rien de bien !

Ah ! Quand TOUT va mal … il  n’arrive JAMAIS rien de bien ni de positif !!!

C’est vrai que chacune de nos journées sont remplies d’imprévus et de surprises qui ne sont pas nécessairement agréables … Et il est tout aussi vrai qu’il nous arrive des moments très positifs au cours de notre 24 heures !

Le choix que nous faisons de nous concentrer sur le bon ou le mauvais détermine notre humeur, notre vision et ce que nous ressentons en fin de journée.

Prenez un moment à la fin de votre journée et trouvez trois événements – juste trois – qui se sont présentés à vous: il fait beau, j’ai eu une belle conversation téléphonique avec une amie, un collègue m’a apporté un café, j’ai reçu un beau courriel, le serveur du resto m’a fait un sourire, etc.

 

De retrouver le positif dans sa journée, ça fait du bien ! Et avec un peu de chance, je suis certaine qu’il y en a plus que trois ! Essayez, vous m’en donnerez des nouvelles !

Voir la vie en rose !

"Voir la vie en rose" - cela signifie de voir le beau et le bon côté des choses, être optimiste. "Pour voir la vie en rose, je n'ai pas besoin de grand chose" comme nous chante Gilles Valiquette ! Voir la vie en rose Difficile parfois de le voir, ce côté rose; alors pourquoi ne pas s'entourer de vraies roses !!! Prenez une pause aujourd'hui, aller chercher votre rose et prenez-en bien soin; sa simple présence vous fera sourire, embaumera votre environnement et apportera une touche de gaieté à votre journée ... La présence de votre rose vous réconfortera et vous rappellera que l'important, n'est pas nécessairement que tout soit rose, mais qu'à quelque part dans votre journée, il y a une place pour un côté rose !  ...

Parce que tu es important-e pour moi !

Nous sommes à la mi-semaine de la 25e semaine nationale de prévention du suicide. : « T’es important pour  nous, le suicide n’est pas une option ». Quizz peu reluisant : Chaque jour, trois personnes s’enlèvent la vie au Québec. Ce ne sont pas seulement des familles, des amis ou des collègues de travail qui en souffrent ; c’est toute une communauté qui en est affectée. Malheureusement, nous vivons encore trop souvent ce drame dans la solitude et le silence. Le filet de sécurité humain qu’on bâtit autour des personnes vulnérables et le sentiment d’appartenir à une communauté font partie des pistes de prévention. Que ce soit par un regroupement de gens d’affaires, une chorale, une troupe de danse, à l’école ou dans le milieu de travail, tous et toutes avons besoin de ce sentiment d’appartenance, pour ne pas s’isoler. Lorsque vous voyez un collègue, un ami, un membre de la famille qui ne va pas bien, n’ayez surtout pas peur de demander si la personne a déjà songé au suicide. Si c’est « non », tant mieux. Si c’est « oui », vous venez de lui...