Ta vérité, Ma vérité, Sa vérité ou LA vérité … QUI DIT VRAI ???

,

– “Parfois, il faut regarder sa vie sous un angle différent”

Je le sais que j’ai raison ! Je le sais parce que je l’ai vu, je l’ai expérimenté, je l’ai observé … je l’ai vécu ! Ce sont mes valeurs, ma façon de voir les choses, ma façon de vivre et de comprendre la vie, ma vie … tu devrais comprendre, non ?

Tout est perception !
Avant de poursuivre votre lecture, je vous invite à lire ce qui suit :

Il existe une légende sur trois Hindous qui vivaient au pays où l’éléphant est la principale bête de somme. Ces trois hommes, aveugles de naissance, n’avaient donc jamais vu un éléphant. Décidés à satisfaire leur curiosité, ils se dirigèrent vers la grand-route et marchèrent jusqu’à ce qu’ils rencontrent un éléphant.

Il arriva que le premier plaça sa main sur l’immense flanc de la bête : le deuxième, cherchant de la main, toucha la trompe de l’éléphant : le troisième attrapa la queue de l’animal.

Sur le chemin du retour, un des aveugles dit à ses compagnons : « À ma grande surprise, un éléphant, c’est comme un grand mur lisse. » « Tu fais erreur, dit le deuxième, c’est plutôt comme un tronc d’arbre. » « Mais non, dit le troisième, vous êtes tous les deux dans l’erreur. J’ai constaté qu’un éléphant, c’est comme un bout de câble. »

Selon vous, qui a raison ? … Les trois évidemment !

La plupart du temps, notre perception renforce notre théorie et donc, notre vérité. On confirme ce que l’on croit. Lorsque notre interlocuteur a les mêmes visions que soit, notre théorie et notre perception sont alors consolidées … tout va bien dans le meilleur des mondes !

Tu ne vois pas ce que je vois ?
Par contre, lorsque quelqu’un conteste notre vision ou notre façon de faire, un malaise et une impression de contradiction s’emparent de nous; vient même une certaine anxiété et un fort doute lorsque nous découvrons que tout le monde ne perçoit pas les objets, les gens ou les événements exactement comme nous.

C’est à ce moment que le conflit entre dans la relation et arrive à un point de « non retour »; on ne voit plus que les mauvais côtés de l’autre … tout ce qui nous agace dans la personnalité de l’autre vient confirmer le jugement que nous portons à son égard.

Et pourtant … l’autre personne a probablement raison, elle aussi ! Voyons voir …

Prendre un certain recul
Comme il a été mentionné plus haut, la vérité est celle que nous percevons, celle qui fait partie de nos valeurs, notre vision personnelle. Il en est tout autant pour la personne devant vous.

Prendre un certain recul devant le propos conflictuel est une façon saine de faire face à la problématique; le recul permet un certain détachement émotif, ouvre à la réflexion et permet de voir « au-delà » et « autour » du sujet controversé.

Ce recul peut prendre un certain temps avant de se mettre en place … pendant cette période, il peut être intéressant de se questionner; voici quelques pistes à découvrir :
– Comment cela se fait-il que je sois en colère
– Qu’est-ce qui me déstabilise
– Quelle est la valeur personnelle touchée
– Pourquoi suis-je si tendue face à cette situation

Accueillir la différence pour apaiser la tension
La personne avec qui vous avez un différend n’est pas foncièrement mauvaise; elle n’a qu’une opinion et une vision qui diffèrent de la vôtre !

Il est important ici de reconnaître la qualité de la relation, le lien qui vous uni; est-ce une personne avec qui vous désirez poursuivre la relation, ne serait-ce que parce qu’elle fait partie de votre famille, pour entretenir un bon voisinage ou encore pour permettre une relation d’affaires profitable !

Il est impératif de faire baisser la tension pour être en mesure de bien régler le conflit; ce n’est pas ici de savoir « qui a raison et qui a tord » ! Ce n’est pas un jeu de pouvoir, à savoir « qui dit vrai », mais plutôt un différend qui empêche une saine relation.

Que s’est-il passé vraiment ?
Le recul permet également de prendre conscience du véritable problème …
– que s’est-il passé …
– quel est l’enjeu …
– quel est le sujet du conflit … c’est à propos de quoi …
– qu’a été l’élément de base de tout ça …
– quelles sont les personnes en cause …
– qu’est-ce que tout ça a déclenché …
– qu’est-ce qui est arrivé …

Ces questions intérieures permettent d’y voir plus clair, de refaire le véritable scénario, de reprendre les faits sans les émotions qui y sont reliées.

Un temps d’arrêt pour mieux retourner en relation
Tout ce processus intérieur se passe de façon individuel évidemment et peut prendre un certain temps ! L’impulsivité n’étant plus au rendez-vous, ce recul vous offre l’opportunité de voir plus clair, de reprendre votre souffle émotif et surtout de retrouver le contrôle de la situation.

En devenant responsable de votre colère et en la gérant de façon adéquate au lieu de jeter le blâme sur l’autre, vous vous donner la chance de bien cerner la cause du problème.

On ne parle plus alors de débat impulsif, mais plutôt une discussion calme et saine, dans une relation de respect !

Alors, selon vous … qui dit vrai ?